• Ethnographie et histoire

    Arthur Upfield, fasciné par le bush australien et la culture aborigène, a inventé l'inspecteur métis Napoléon Bonaparte (La Branche coupée) et suscité un émule, l'Américain Tony Hillerman, qui nous fait découvrir dans ses romans la civilisation des Indiens Navajo (Le Voleur de temps).

    Le roman policier historique est sans doute né avec Robert Van Gulik, créateur au début des années 1960 d'une série consacrée au juge Ti, un magistrat qui vivait en Chine vers 650. L'Anglaise Ellis Peters a pris le relais avec Cadfael, un moine bénédictin, enquêteur en 1140. Depuis lors, le genre a fait florès. Anton Gill met en scène un scribe égyptien à l'époque de Toutankhamon, Candace Robb un archer du XIIIesiècle, Peter Lovesey fait renaître Édouard VII, etc. Quelques Françaises explorent le passé avec talent. Anne de Leseleuc raconte l'apogée de Rome avec son avocat gaulois Marcus Aper, Viviane Moore, le Moyen Âge par l'entremise de son chevalier breton Galeran de Lesneven, et Elena Arseneva, d'origine russe, l'époque du règne du prince Vladimir avec Artem, un boyard enquêteur à Kiev.

    Le roman historique s'est développé avec plus ou moins de bonheur dans toute l'Europe, notamment au Royaume-Uni où un spécialiste comme Paul C. Doherty, créateur d'une série avec Hugh Corbett, espion d'Édouard II, utilise au moins cinq pseudonymes (Anna Apostolou, Ann Dukthas, Michael Clynes, C. L. Grace, Paul Harding), avec lesquels il crée autant de séries situées à des époques différentes. Citons encore Ian Morson, Kate Sedley, Margaret Frazer, Stephanie Barron, Bernard Bastable et surtout Edward Marston et la prolifique Anne Perry.

    En Russie, Boris Akounine crée une série consacrée à un policier moscovite du XIXesiècle, Eraste Petrovitch Fandorine. On notera que le nom de cet enquêteur renvoie à celui du journaliste Fandor, personnage essentiel du cycle Fantômas. Le thriller historique a ses adeptes et plusieurs romanciers de qualité ont donné au genre ses lettres de noblesse. Citons l'Allemand Gisbert Haefs, poète, musicien, traducteur des chansons de Brassens dans son pays, qui met en scène Hannibal dans plusieurs ouvrages malheureusement inédits en France ; l'historien italien Valerio Massimo Manfredi, lui, s'intéresse à l'empire romain (La Dernière Légion), consacre une trilogie à Alexandre le Grand puis revient à notre siècle avec un thriller où le personnage de William Blake, archéologue comme lui, met au jour le sarcophage de Moïse alors qu'un nouveau conflit israélo-arabe vient d'éclater (Le Pharaon oublié). Sa consœur Danila Comastri Montanari (Cave Canem) explore l'Antiquité avec son sénateur romain Publius Aurélius Statius (treize enquêtes de 1993 à 2007), tandis que Giulio Leoni envoie Dante enquêter sur un maître mosaïste retrouvé mort dans une église. Umberto Eco met en scène le conflit opposant des moines franciscains à l'autorité papale dans une intrigue où un mystérieux manuscrit est l'objet de toutes les convoitises (Le Nom de la rose, 1980), tandis que Valerio Evangelisti signe une série consacrée à l'inquisiteur Nicolas Eymerich, inspiré par le célèbre Torquemada, avant de raconter la saga de Nostradamus (Le Roman de Nostradamus).

    images

    L'Espagnol Ignacio Garcia Valino explore la Grèce antique des premiers philosophes (Les Deux Morts de Socrate) et Alfonso Mateo-Sagasta, deux fois récipiendaire du prix Espartaco, lance son héros, Isidoro Montemeyer, dans une enquête littéraire pour découvrir l'identité véritable du romancier qui publia une seconde partie du Don Quichotte, mettant en péril la suite que devait livrer Cervantès. Partout, l'originalité stylistique et la recherche d'un sujet inédit sont à l'ordre du jour.

    Source : Logiciel Encyclopédia Universalis 2012


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :