• La finition

    Le papier imprimé, en feuilles ou en bobines, est porté dans les ateliers de façonnage, où il reçoit l'aspect final sous lequel il est livré au public, aspect qui est souvent celui de livres et de périodiques. Une exception est celle des quotidiens, qui arrivent des presses tout prêts à la vente.

    Les opérations qui conduisent à la production de livres et de périodiques portent le nom de brochage ou de reliure, selon que les ouvrages auxquels elles donnent naissance sont revêtus de couvertures souples ou de couvertures rigides. Elles ont été manuelles jusqu'à la fin du XIXesiècle, époque à laquelle sont apparues les premières machines, qui exécutaient chacune une opération séparée et qui se sont lentement répandues dans les ateliers pendant la première moitié du XXesiècle. Depuis la Seconde Guerre mondiale, on associe souvent plusieurs machines dans des ensembles mécaniques des chaînes capables d'assurer automatiquement sinon toutes les opérations du façonnage, du moins une bonne partie d'entre elles.

    • Pliure

    La première opération du façonnage est la pliure. Elle a pour but de transformer le papier imprimé en cahiers. Elle est exécutée par des plieuses, dispositifs mécaniques qui sont indépendants des presses lorsque le tirage est fait sur des machines à feuilles, mais qui font partie intégrante des presses lorsque le tirage est accompli par des rotatives à bobines (dont c'est un des avantages de produire des cahiers prêts au brochage et à la reliure, mais qui ont l'inconvénient d'un format fixe ou faiblement variable, alors que les machines à feuilles autorisent toutes les dimensions). Les cahiers comprennent le plus souvent seize ou trente-deux pages, parfois douze ou vingt-quatre, rarement moins, rarement plus.

    • Brochage

    Les opérations de brochage intéressent les cahiers pliés. Elles donnent naissance soit à des brochures et à des livres brochés lorsque les cahiers, réunis dans le nombre et dans l'ordre voulus, sont revêtus d'une couverture souple (parfois supprimée par économie, la première page du premier cahier portant dans ce cas le titre), soit à des blocs (encore appelés corps d'ouvrages) lorsque les cahiers sont appelés à former des livres reliés par apposition ultérieure d'une couverture rigide. Les cahiers sont associés dans le nombre et dans l'ordre voulus par encartage ou par assemblage.

    L'encartage consiste à insérer les cahiers les uns dans les autres. Il donne naissance à des brochures ayant un nombre de pages limité (dépassant rarement cent soixante), dont les cahiers sont solidarisés entre eux et à la couverture par des piqûres métalliques à cheval. Il est exécuté par des encarteuses-piqueuses intégrées, qui assurent non seulement l'insertion des cahiers les uns dans les autres, mais encore l'application de la couverture (quand elle existe), la piqûre métallique et aussi le rognage, c'est-à-dire la découpe des bords, ainsi que, dans certains cas, le comptage et l'emballage par paquets, le tout à une vitesse comprise entre cinq mille et dix mille exemplaires à l'heure.

    L'assemblage consiste à superposer les cahiers les uns aux autres. Il autorise un nombre élevé de pages, solidarisées entre elles et à la couverture soit par une couture au fil textile suivie d'un collage, soit par un collage seul. Il est exécuté par des machines de grande dimension, les assembleuses, qui peuvent travailler seules, mais sont le plus souvent intégrées à des chaînes de brochage, qui assurent, à l'allure de cinq à dix mille exemplaires à l'heure, non seulement la superposition des cahiers, mais encore l'application de la couverture, le collage et le rognage, ainsi que, dans certains cas, la peinture des tranches, suivie de l'emballage par paquets comptés.

    • Reliure

    Les opérations de reliure intéressent, d'une part, les blocs (cousus et collés ou simplement collés) venant duimages brochage, d'autre part les couvertures rigides (préparées dans des conditions définies). Elles s'achèvent par l'emboîtage des blocs dans les couvertures. Elles sont généralement exécutées, à l'exception de celles qui concernent les couvertures, par des chaînes de reliure groupant une dizaine de machines reliées par des transporteurs à courroie et produisant entre quinze cents et trois mille exemplaires à l'heure.

    Les opérations qui intéressent les blocs brochés sont multiples. Elles comprennent, entre autres, la pose des gardes, le rognage trois faces, l'arrondissure (pour les ouvrages à dos rond), la pose d'une mousseline, de tranchefiles (en tête et en pied) et éventuellement de signets.

    Les opérations qui intéressent les couvertures sont le découpage des cartons et des matériaux de recouvrement (papier imprimé pelliculé ou toile et cuir synthétique), puis leur association par collage à l'aide de machines couverturières. Elles comprennent aussi l'impression ou la dorure de la toile et du cuir synthétique.

    Source : Logiciel Encyclopédia Universalis 2012


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :