• Victor Hugo

    www.nature-et-poesie.fr

    26 février 1802 (Besançon) - 22 mai 1885 (Paris)

    Dernier des trois fils de Sophie Trébuchet (1772–1821) et de Joseph Léopold Sigisbert Hugo (1773–1828), Victor-Marie Hugo nait à Besançon le 26 février 1802.

    Au rythme des campagnes et expéditions de son père, général de Napoléon, il voyage notamment à Naples, et en Espagne.

    Vers 1813, Victor Hugo a alors onze ans ; il s'établit à Paris avec sa mère, séparée de son père. C'est là qu'il grandit, bénéficiant d'une éducation très libre et peu conventionnelle, qui laisse beaucoup de place aux lectures…

    On retient notamment de l'adolescence de Victor Hugo cette phrase, notée dans un journal : « Je veux être Chateaubriand ou rien ». Ses ambitions, immenses, et sa précoce vocation sont déjà clairement affirmées.

    En 1819, il fonde avec ses frères Abel et Eugène une revue, le Conservateur littéraire. La même année, il remporte le concours de l'Académie des Jeux floraux. Deux fois lauréat (1819 et 1820), également primé par l'académie, Victor Hugo délaisse les mathématiques, pour lesquelles il a un goût marqué (il suit les cours des classes préparatoires), et embrasse la carrière littéraire.

    Cromwell, drame en cinq actes en vers, publié en 1827, lui vaudra la reconnaissance de ses pairs. la préface de cette pièce, pratiquement injouable et injouée, est restée comme l'un des textes fondateurs du romantisme.

    Dès lors, Victor Hugo s'impose en littérature.

    En librairie, c'est Notre-Dame de Paris (1831), Littérature et philosophie mêlées (1834), Feuilles d'automne, poésies (1831), Chants du crépuscule (1835)...

    Au théâtre, c'est Le Roi s'amuse (1839), représenté une fois, puis interdit sous prétexte d'allusion politique, Lucrèce Borgia (1833), Marie Tudor (1833), Ruy Blas (1838)...

    Il épouse, le 12 octobre 1822, Adèle Foucher qui lui donne plusieurs enfants :

    • Léopold (16 juillet 1823–10 octobre 1823)
    • Léopoldine (28 août 1824–4 septembre 1843)
    • Charles (4 novembre 1826–13 mars 1871)
    • François–Victor (28 octobre 1828–26 décembre 1873)
    • Adèle Hugo (24 août 1830–21 avril 1915), la seule qui survivra à son illustre père mais dont l'état mental, très tôt défaillant, lui vaudra de longues années en maison de santé.


    Sa vie sentimentale est parsemée de nombreuses maîtresses. La plus célèbre sera Juliette Drouet, actrice rencontrée en 1833, qui lui consacrera sa vie.

    En 1843, Léopoldine meurt tragiquement, noyée avec son mari Charles Vacquerie dans le naufrage de leur barque. Hugo sera terriblement affecté par cette mort qui lui inspirera plusieurs poèmes des Contemplations notamment, son célèbre « Demain, dès l'aube… »

    En 1841 il avait été élu à l'Académie française.

    En 1845 il est nommé pair de France. En 1848, élu député de Paris à l'Assemblée Constituante, il fonde le journal l'Evénement pour préparer sa candidature à la Présidence de la République, et devient un personnage politique. A la Constituante, il siège parmi la droite et vote ordinairement avec elle.

    Peu soutenu dans sa candidature à la Présidence, mais réélu député de Paris, il siège à gauche à l'Assemblée législative, se marque énergiquement comme anti-clérical (Loi sur l'enseignement) et incline peu à peu vers le groupe socialiste.

    Hugo s'exile après le coup d'État du 2 décembre 1851 qu'il condamne vigoureusement pour des raisons morales (Histoire d'un crime).

    Il se retire en Belgique, puis à Jersey et enfin à Guernesey. Il fait partie des quelques proscrits qui refusent l'amnistie décidée quelque temps après (« Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là »).

    Pendant ces années difficiles d'exil, il publie entre autres Les Châtiments (1853), œuvre en vers qui prend pour cible le Second Empire ; Les Contemplations (1856) ; La Légende des Siècles (1859), ainsi que Les Misérables (1862).
    Ces vingt années à l'étranger marquent une période très riche dans l'oeuvre de Victor Hugo, par l'originalité, la puissance, et l'abondance de ses créations.

    Ses engagements sont nombreux, ses positions affirmées.
    Abolitionniste, il luttera toute sa vie contre la peine de mort, et saisira toutes les tribunes pour défendre l'abolition.

    « La peine de mort est le signe spécial et éternel de la barbarie. »

    Hugo est un pacifiste, dénonce la misère, soutient l'école laïque et gratuite, le droit de vote universel, la défense du littoral…

    Hugo est populaire, admiré par ses pairs et craint par les politiques ; Victor Hugo est incontournable.

    Il meurt le 22 mai 1885, « dans la saison des roses ». Son corps est déposé au Panthéon, après les funérailles les plus magnifiques que la France ait vues depuis Mirabeau.

    Source : http://www.lettres-persiennes.net


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :